Essai Gratuit

BLOG

Qu’est-ce que le subitizing ?

[fa icon="calendar"] 15 mars 2019 18:24:46 / par HappyNeuron

Dans un précédent article sur le développement de la cognition mathématique (mettre le lien vers l’article), nous avons distingué le Système Numérique Précis (SNP) et le Système Numérique Approximatif (SNA). Le subitizing, défini comme le processus de perception quasi-instantanée des petites quantités (sans le recours au comptage) dépend du SNP. Deux types de subitizing peuvent être distingués :

  • Le subitizing naturel : la capacité quasi-innée de perception quasi-instantanée des petites quantités sans recourir au comptage quelle que soit la configuration que prennent les objets de la collection (Clements, 1999). Cette capacité ne permet d’appréhender que les petites quantités jusqu’à 3-4 (Fayol, Perros et Seron, 2004 ; Krajcsi, Szabo et Morocz, 2013).
  • Le subitizing par acquisition : la capacité à percevoir de façon quasi-instantanée des petites quantités sans recourir au comptage selon une configuration particulière que prennent les objets de la collection (Clements, 1999 ; Peterson et Simon, 2000). C’est un processus basé sur la reconnaissance de patterns familiers (grâce aux expositions répétées). Il est également limité et ne permet d’appréhender que les petites quantités jusqu’à 6 (Krajcsi, Szabo et Morocz, 2013).

 

Diverses études (Desoete et Grégoire, 2006 ; Lembke et Foegen, 2009) ont montré qu’il existait un lien entre les performances arithmétiques et le subitizing, chez des sujets de 5-7 ans. Elles ont alors suggéré la nature prédictive des compétences relatives au SNP sur le développement des habiletés mathématiques, chez les très jeunes enfants.

 

 

Une compétence numérique innée ?

Starkey et Cooper (1980) montrent que des bébés âgés de seulement quelques semaines peuvent identifier des collections de deux ou trois objets. L’étude transversale de Schleifer et Landerl (2011) menée auprès d’enfants de 8 et 11 ans, d’adolescents de 14 ans et de jeunes adultes, précise toutefois que le processus de subitizing peut évoluer et s’améliorer. En effet, les résultats des enfants de 8 ans indiquent une moins grande rapidité, alors qu’à partir de 11 ans, les performances sur les quantités 1, 2 et 3 sont les mêmes que celles des adultes.

 shutterstock_183720419-small500px

 

 

Le subitizing chez les enfants avec un Trouble d’Apprentissage des Mathématiques (TAM)

Si un déficit du subitizing n’est pas présent chez tous les enfants avec un TAM, plusieurs études ont mis en évidence les difficultés des enfants dyscalculiques (DC) pour identifier une quantité correspondante à une petite collection d’objets. Le dysfonctionnement au niveau du subitizing se situe notamment au niveau de la lenteur de traitement (Shleifer et Lander, 2011 ; Andersson et Östergren, 2012). Ces études ont également pointer un nombre de fixations oculaires plus élevé chez les enfants DC que chez les enfants sans difficulté mathématique, ce qui peut indiquer une stratégie séquentielle davantage basée sur le comptage et le dénombrement que sur le subitizing des petites collections. Lafay, Macoir et St-Pierre (2017) ont aussi montré que des enfants DC de 8-9 ans étaient moins performants pour comparer des petites collections 1-9, pour identifier le cardinal des petites collections 1-9, ainsi que pour produire des petites collections 1-9.

Finissons ce billet en précisant que si les études ne sont pas encore très nombreuses sur l’efficacité des interventions ciblant le subitizing, elles s’avèrent toutefois très encourageantes (voir Barendregt, Lindström, Rietz-Leppänen, Holgersson et Ottosson, 2012 ; Baccaglini-Frank et Maracci, 2015).

 

 

 

 

RÉFÉRENCES :


Andersson, U. & Östergren, R. (2012). Number magnitude processing and basic cognitive functions in children with mathematical learning disabilities. Learning and Individual Differences, 22(6), 701–714.
Clements, D. H. (1999). Subitizing: What is it? Why teach it?. Teaching children mathematics, 5, 400-405.
Desoete, A., & Grégoire, J. (2006). Numerical competence in young children and in children with mathematics learning disabilities. Learning and individual differences, 16(4), 351-367.
Fayol, M., Perros, H., & Seron, X. (2004). Les représentations numériques: caractéristiques, troubles, développement.
Krajcsi, A., Szabó, E., & Mórocz, I. Á. (2013). Subitizing is sensitive to the arrangement of objects. Experimental psychology, 60(4), 227.
Lafay, A., Macoir, J., & Saint-Pierre, M.-C. (2017). Impairment of Arabic and spoken numbers processing in children with Mathematical Learning Disability. Journal of Numerical Cognition, 3(3), 1-22.
Lembke, E., & Foegen, A. (2009). Identifying Early Numeracy Indicators for Kindergarten and First‐Grade Students. Learning Disabilities Research & Practice, 24(1), 12-20.
Peterson, S. A., & Simon, T. J. (2000). Computational evidence for the subitizing phenomenon as an emergent property of the human cognitive architecture. Cognitive Science, 24(1), 93-122.
Schleifer, P., & Landerl, K. (2011). Subitizing and counting in typical and atypical development. Developmental science, 14(2), 280-291.
Starkey, P., & Cooper Jr, R. G. (1980). Perception of numbers by human infants. Science, vol.210, 1033-1035.


 

 

Sujets : Tous les articles

HappyNeuron

Rédigé par HappyNeuron

Inscrivez-vous !

Nos dernières actualités, nos promotions, nos évènements, nos ressources gratuites...

Découvrez l'abonnement !

logo_hnpro_landing-1.png
Essai Gratuit
En savoir +

Suivez-nous !